• Ho, dogs 

    Ho, dogs                       


    votre commentaire
  • "La musique danse, même si tu ne le vois pas: elle monte et descend, comme la marée": Calle 13 - " Todo se mueve":

     

     

     


    votre commentaire
  • "Voir pousser les fleurs sous terre" - Mexico city (Musée du design)


    votre commentaire
  • Imaginez des pingouins amassés sur une banquise sans horizon. Chacun essaie de s'appuyer sur l'autre pour ne pas tomber. Au loin, se tient le Maître des pingouins recouvert de médailles que d'autres pingouins, apeurés par le réchauffement climatique - et donc la chute de la banquise -, se sont empressés de lui agrafer sur le torse. 

    Sur cette banquise, se déposent parfois, presque par accident, des mouettes. Celles-ci sont alors vite chassées, d'abord parce qu'elles ne portent aucune médaille ou insigne, et surtout parce que, pour être honnête, une mouette, c'est pas un pingouin (qui pourtant a des ailes lui aussi, mais comme soudées à son torse, qui ne demandent pas du tout à voler, comme si elles n'étaient pas faites pour cela). 

    Les mouettes, elles, se fichent pas mal du Maître pingouin, car contrairement à la seule fable qu'elles connaissent, il est loin d'être sur un arbre perché. Simplement, elles aiment cette banquise. Alors elles bossent. Elles élaborent des méthodes pour ne pas trop glisser. Elles apprennent la langue des pingouins, et même d'autres langues d'autres pingouins venus d'autres pays. Ce sérieux intéresse les pingouins, qui, une fois ce Savoir extirpé, jettent les mouettes à la mer ou se moquent régulièrement d'elles et de leur petit bec. 

    Beaucoup de mouettes sont alors tentées de reprendre le chemin des airs, mais elles ressentent une rage et une rancœur qui les clouent à ce sol gelé, comme des énormes sacs de graines accrochés à leurs ailes. Elles résistent, elles se battent. Elles prennent leur mal en patience. D'autant que les pingouins leur répètent sans cesse qu'elles ont de la chance, et qu'elles devraient plutôt leur être reconnaissantes, car d'autres oiseaux sont déjà morts de froid, de faim ou d'ennui. 

    Mais au bout d'un moment, l'une des ces mouettes ne tient plus. Elle regrette le temps où elle planait de banquises en banquises, de forêts en montagnes, de "cui-cui" en sourires et de rayons de soleil aux larmes. Quitter cette banquise serait certes un échec, mais son ambition mérite-t-elle d'y laisser toutes ses plumes? Souhaite-t-elle vraiment, un jour, se regarder dans la glace et y voir une tête de pingouin ridée avec une calvitie et un torse tout gras recouvert de médailles? 

    Une nuit, elle rêva qu'elle atterrissait sur le toit du ministère de la Justice français en 2016. Elle y aperçut une petite masse noire qu'elle identifiait comme un être humain avec de beaux yeux verts/bleus s'approchant du ministère en vélo. Quelques instants plus tard, le vent lui souffla ces quelques mots : "Parfois, résister, c'est rester. Parfois, résister, c'est partir".  

    La mouette se réveilla d'un bon et lorsque le énième pingouin lui demanda la composition chimique du sel permettant de ne pas glisser sur la banquise afin de le reporter, en son nom, au Maître des pingouins, elle décida de prendre ses cliques et ses claques (ce qui n'est pas grand chose pour une mouette) et de s'envoler vers d'autres horizons. Qu'avait-elle à perdre, après tout? Les pingouins, qui auront toujours besoin de son savoir, lui garderaient une place sur la banquise, du moins pendant quelques temps. Elle était encore un peu jeune (même si elle n'entrait plus dans les critères de la carte 12/25), elle n'avait pas de famille à nourrir; et tellement envie de ressentir à nouveau le plaisir de voler. 

    Cette mouette, c'est peut-être vous. Et elle est actuellement au Mexique. 

     


    1 commentaire
  • Paris - Studio Bleu


    votre commentaire
  • Paris - Canal de l'ourcq


    votre commentaire