• A 5h du matin, un aéroport est comme un bébé qui dort : apaisé, mais prêt à l’agitation. Les yeux (presque) fermés. Pas encore de services de safety bagage pour enrouler mon backpack dans de la bonne vieille cellophane. Un mec qui errait dans le coin m’amène à l’étage du dessous, vers un « safety bagage » improvisé. Je remonte aussitôt l’étage en me disant que l’arnaque n’a pas d’horaire.

    A 5h15 du matin, le personnel de l’aéroport est un peu plus personnel : yeux mi-clos, maquillage approximatif, sourires francs. Je voyage avec Swiss airline : mon jogging et mes chaussures de rando se mêlent aux costards-cravates et scolioses dues au pianotage incessant sur téléphone portable. Des businessmen and women dont les montres de luxe ont oublié d’arrêter le temps. Moi, je me sens déjà suspendue dans les aires grâce à Ekova et à mon casque de musique violet.

    L’escale à Zurich était presque surréaliste : des allées d’aéroport toute propres garnies de lampadaires, du désinfectant pour les mains dans chacune des toilettes (et non pas simplement à l’entrée des toilettes, à côté des lavabos communs). Dans l’avion en direction de Bombay, j’observe le soleil et survole les montagnes de l’Iran. L’Indienne à côté de moi, qui est professeure de yoga aux USA, saisit ma main pour m’enseigner les rythmes basiques de sa région.

    Il fait nuit : c’est l’heure d’atterrir sur terre.  

    Dans les airs - 2/11/2016


    votre commentaire
  • Quelque part, je ne sais quand, je ne sais avec qui...


    votre commentaire
  • Une princesse

    Hanoi


    votre commentaire
  • Madrid, dans un café à la puerta del sol


    votre commentaire
  • Cordoba (Argentine)


    votre commentaire
  • Un carnet de voyage est un espace de libertés. La quintessence d'allers et de venues dans du papier recyclé. Le droit, deux ou trois fois par an, de ne pas écrire droit, ni à propos du Droit, sans ordre ni "logique". D'écrire des choses à faire "absolument", sans jamais les faire. Et sans le regretter. Un jet d'émotions; des griffures de contacts éphémères.

    Qu'en restera-t-il? Peu importe. Vais-je me souvenir, dans cinq ans, des visages derrière ces numéros, ces adresses et ces bouts de cartes de visites? Peu importe. Car c'est justement le cadeau des voyages: nous rappeler, sous diverses formes, que dans la vie, (très) peu (de choses) importe.


    votre commentaire