• On Politics

    La terre saigne souvent, et partout dans le monde, des femmes & des hommes se battent brillamment, bruyamment ou en silence.

  • Sous le soleil barcelonais, des manifestants pour la paix sociale et le retour à la r(m)aison espagnole...et universelle !


    votre commentaire
  • A Barcelone, dans un contexte agité, une voix explique calmement les enjeux du referendum catalan.

     


    votre commentaire
  • A la faculté de droit de Oaxaca (Mexique), un professeur manifeste.

    Academia y lucha por el poder


    1 commentaire
  • Valparaiso - plaza de la victoria, juillet 2016. Des étudiants en médecine manifestent  pour une baisse des droits d'entrée à l'Université et un Chili plus égalitaire.


    votre commentaire
  • Comme chaque 29 octobre depuis 50 ans, le soutien à la famille de Mehdi Ben Barka se réunit à Paris devant la Brasserie Lipp où l'opposant politique a été enlevé.


    votre commentaire
  • Si elle avait su que sa vie s’arrêterait là, sans doute en aurait-elle mené une autre. Voire plusieurs. Elle aurait cédé à sa passion pour la cuisine, aurait voyagé, ri davantage, bu davantage, accepté davantage d’être amoureuse. Mais c’était trop tard.

    Tout en s’habillant, elle se demanda comment annoncer la nouvelle à son mari. Une seconde, elle caressa l’idée de s’enfuir. Loin. Elle expliquerait tout dans une lettre et se laisserait mourir au sommet de l’Himalaya ou dans la mer des Caraïbes. Mais l’idée de plonger ses enfants dans un tel désespoir lui porta un coup au cœur.

    Elle se repassait en boucle l’entretien du jour précédent avec le Docteur Mansfield. C’était pourtant un après-midi de printemps comme les autres. Elle était arrivée dans la salle d’attente vêtue d’une robe à fleurs qui mettait en valeur sa fine taille et ses longues jambes, qu’elle avait entretenues toutes ces années comme pour défier le temps. Le cabinet du docteur était situé au 8ème étage du meilleur hôpital de la région. La vue sur la mer était magnifique et les reflets du soleil venaient caresser la porte de la salle de consultation. 

    Le Docteur Mansfield portait une blouse blanche éclatante et les verres de ses lunettes étaient si nets qu’elle pouvait y voir le reflet de son propre visage apeuré. Seule une coupe de cheveux approximative venait nuancer cet aspect impeccable. Elle s’assit confortablement face à lui. L’air du Docteur était grave. Son léger accent argentin adoucissait cependant le début de cet entretien:

    « Madame, je suis vraiment navré. Les résultats de vos examens nous sont parvenus et ils sont tous positifs : vous êtes raciste ».


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique